Get Adobe Flash player

OKA Fin Depuis 1893


TÉMOIGNAGES

1. « J’ai goûté au OKA pour la première fois lorsque je fréquentais l’école. Nous sommes tous montés à bord d’un autobus scolaire pour aller à l’abbaye. Une fois sur place, on nous a conduits dans de grandes caves en pierres pour voir comment on fabriquait le OKA. Je me souviens qu’on nous a fait enfiler des bottes spéciales et des sarraus blancs. Très chic! Les travailleurs étaient tellement gentils avec nous. Ils transportaient ces énormes meules comme s’il s’agissait d’objets précieux. Le fromage était tellement savoureux! »
— Sarah, de Montréal

2. « Mon mari et moi venions tout juste d’arriver de France. Nous passions nos fins de semaine à explorer le Québec, question de connaître notre nouveau chez nous. Un samedi, sur l’autoroute, nous avons aperçu un panneau indiquant la direction vers la fromagerie d’Oka. Nous avons décidé d’y jeter un coup d’œil. Alors quel fromage! Nous avons trouvé le OKA tout aussi délicieux que les fromages que nous mangions en France. Et il demeure toujours l’un de nos préférés. »
— Marie, de Trois-Rivières (originaire de Marseille)

3. « Mon père et mes oncles Bill, Charlie et Michael effectuaient un pèlerinage annuel à l’abbaye tout juste avant Noël pour acheter une grosse meule de fromage OKA. De retour à la maison, on coupait le fromage en quatre, un morceau pour chaque famille. Encore aujourd’hui, le OKA me rappelle les Fêtes et les balades que nous faisions en famille. »
—Eric, de Candiac

4. « Quand nous étions jeunes, notre mère avait l’habitude de rapporter de petites meules de fromage OKA à la maison. Qu’elles sentaient fort! Elle les alignait sur les appuis des fenêtres pour les laisser affiner – et pour nous empêcher de pleurnicher, je suppose! Mais lorsqu’elles étaient fin prêtes à manger, qu’elles étaient savoureuses! Je me souviens que notre mère préparait des sandwichs au fromage OKA fondu. Quel délice! »
— Gladys, de Cornwall

5. « Parfois, quand je fais les courses, je prends un morceau de OKA juste pour le sentir. Ça me rappelle mon enfance à tout coup, immanquablement – surtout au temps des Fêtes quand toute la famille venait à la maison. Il y avait toujours du fromage OKA sur la table. J’aime m’arrêter et humer ce délicieux fromage. C’est mon petit secret! »

—Joanne, de Repentigny

Vous avez un souvenir à partager ?
Publiez-le sur notre site !