69
25 décembre 2012

Marie-Claude Hébert est notre directrice du compte de Sobeys Québec. Travaillant depuis 15 ans chez Agropur, elle se souvient de son père, épicurien dans l’âme et grand voyageur qui revenait toujours avec des histoires de vin et de fromages.

« Il y avait toujours du fromage chez nous. Il y en avait de toutes les sortes, que ce soit l’Envol, l’ancêtre du Allégro, ou encore du Brie. Une constante, il y avait toujours un morceau d’OKA dans le réfrigérateur les fins de semaine. Encore aujourd’hui, ouvrir un OKA me ramène à Trois-Rivières dans la cuisine de mes parents – juste avec l’odeur ! »

L’OKA de Noel était particulièrement spécial. On faisait des repas conviviaux et on rassemblait tout le monde autour d’une table. En ces moments-là, l’OKA fait partie des traditions familiales, à côté de la tourtière. C’est un bout de chez nous. 

Pour moi, Agropur représente l’entraide, la collaboration, le raffinement, l’implication communautaire, les valeurs de la terre… C’est un honneur pour moi d’appartenir à une telle entreprise d’ici et de la représenter chaque jour parce que la valeur clé de la place, c’est la passion. »

Merci de nous la transmettre Marie-Claude!

Fin Fino

68
24 décembre 2012

Le père Noël existe! Sinon, comment expliquer toute cette abondance de cadeaux lors du temps des fêtes?

Il est bon parfois de se rappeler qu’il se trouve en chacun de nous. Au fond, c’est un peu l’enfant que nous avons déjà été. Comme le savait la mère de Louise-Marie, une employée d’Agropur.

« Quand j'étais petite, mon grand-père était livreur. Il allait dans la région d'OKA une fois de temps en temps et chaque fois, il s'arrêtait au magasin de l'Abbaye et rapportait à ma mère une grosse pointe d'OKA. Elle était si contente. Elle avait les yeux d'un enfant le soir de Noël chaque fois. »

Joyeux temps des fêtes!

Fin Fino

67
23 décembre 2012

J’aime beaucoup le fromage, mais je dois admettre que certains l’apprécient plus que moi. C’est sans aucun doute le cas des tyrosémiophiles…

Les quoi, vous dites? Les tyrosémiophiles sont des gens qui sont passionnés de… l’histoire fromagère! On en retrouve un grand club en France.

En fait, les membres de ce club collectionnent les documents qui témoignent de l’histoire du fromage dans leur pays.
La plupart de ces documents sont de vieilles étiquettes de fromage.

Souvent de véritables petites œuvres d’art, on en recenserait plus de 300 000 en France! Le Club des tyrosémiophiles de France organise même des « bourses d’échanges » pour trouver des perles rares.

Alors, c’est quand qu’on se lance un club?

Fin Fino

66
22 décembre 2012

Noël, c’est super.

C’est le temps de se rassembler avec la famille et les amis ; la saison pour répandre la joie et le bonheur.

Sauf que tout le monde est occupé avec le magasinage de dernière minute, les parties de bureau, l’organisation des soupers de famille et les dodos à l’extérieur.

Un truc facile si vous recevez : incorporer un plateau de fromages dans votre menu de Noël. En offrant une variété de fromages de textures molles à plus fermes et de goûts doux à plus fort, vous pourrez satisfaire une foule de façon appétissante! Tout le monde peut grignoter à son rythme. Si vous le servez avant le repas, les plus affamés cesseront de taper du pied parce qu’ils ont faim. Après la dinde? Les plus gourmands pourront continuer de se délecter discrètement.

Tous les fromages peuvent se retrouver sur un même plateau. Par contre, il est préférable de les déguster en commençant par celui au goût le plus neutre et en terminant avec celui au goût le plus prononcé. Certains souhaitent savoir ce qu’ils mangent : vous pouvez laisser une partie de l’étiquette à côté de son fromage ou, si vous êtes un peu bricoleur, la jucher sur le haut d’un cure-dent.

Joyeux Noël et bon appétit !

Fin Fino

65
21 décembre 2012

Vous connaissez les gnocchis? Ces petites bouchées de pommes de terre fondent littéralement dans la bouche et sont faciles à préparer. Pour créer un plat de pâtes maison sans avoir à travailler trop longtemps, cette recette d’Alexandre St-Armand-Tremblay est parfaite pour vous!

Un petit conseil, ne travailler pas trop les pommes de terre une fois que celles-ci seront réduites en purée. Aussi, pour rendre l’apparence de vos gnocchis plus intéressante, vous pouvez les texturer à l’aide d’une fourchette.

Recette:

Cuire les pommes de terre en robe des champs.
Éplucher les pommes de terre chaudes, puis les passer au presse-purée. Ajouter la farine, le jaune d’œuf et 100 G de fromage. Mélanger et réfrigérer cette pâte.
Rouler la pâte en boudin et la couper en morceaux de 2 à 3 cm.
Blanchir les gnocchis dans de l’eau bouillante salée pendant environ 45 secondes, puis bien les égoutter.
Dans un sautoir, sur feu moyen avec un peu d’huile, faire sauter les gnocchis jusqu'à ce qu’ils soient dorés.
Cuire le bacon au four préchauffé à 220 °C pendant 10 minutes.
Retourner le bacon et le remettre au four 4 minutes.
Couper le bacon en morceaux et le placer sur les gnocchis.
Dans une casserole, combiner et battre la crème sure et 300 g de crème de Champfleury.
Chauffer à feu moyen et ajouter l’oignon vert, puis dresser.
Tailler le quartier de pomme en demi-lune et dresser avec le reste.
Déposer les gnocchis au fond de chaque bol. Verser la sauce sur les gnocchis. Garnir d’oignon vert et de pomme.

Ingrédients :

500 g de pommes de terre Russet
180 g de farine
1 jaune d’œuf
400 g de crème de Champfleury, divisé
Sel et poivre
8 tranches de bacon
150 g de crème sure
30 g d’oignon vert, haché
1 quartier de pomme Granny Smith

Exclusivité

RSS Social